Ton sur ton

Parfois , le hasard fait que celui ou celle qui contemple l’œuvre la porte un peu sur lui/elle.
Cette série est le fruit de ce hasard qui fait porter au spectateur une tenue dans les tons de ce qu’il contemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *